La CGT-INRA s'adresse à tous les personnels travaillant sur le centre de Dijon

site de la CGT-INRA : https://intranet.inra.fr/cgt ou en Internet : http://www.inra.cgt.fr/

Message du 23 février 2007

Le syndicat national CGT-INRA, suite aux attaques publiques, mettant en cause la probité de notre section locale de Dijon et de ses responsables, a interpellé la Direction Générale lors du Comité Technique Paritaire (CTP) du 5 décembre 2006.

Extrait du Procès verbal du CTP du 5 décembre 2006, approuvé par le CTP du 19 février 2007. Page 29 chapitre IX.3. Diffamation d'un agent du centre de Dijon :

« M. le Directeur général délégué de l'INRA Sur ce point, la direction générale va étudier l'opportunité d'un rappel à l'ordre sur les règles qui s'imposent à tout un chacun, y compris s'agissant de l'expression des organisations syndicales. La direction générale fera les commentaires qui s'imposent pour préserver l'espace de dialogue et de négociation qu'elle a avec les partenaires sociaux. Ce dossier comporte cependant une dimension interpersonnelle que je ne souhaite pas évoquer devant le CTP. Chacun doit retrouver de la sérénité dans cette affaire, les intérêts des uns et des autres devant être préservés. Dans cette affaire, notre collègue doit se sentir tranquille et sereine, et nous y veillerons.

La CGT Je ne peux pas vous laisser dire qu'il s'agit d'une affaire strictement interpersonnelle. Pour ceux qui ne sauraient pas, la secrétaire de section CGT-INRA de Dijon, présente ici même, a été diffamée. Je demande donc à la direction générale de rappeler le règlement relatif aux droits des syndicats et des secrétaires syndicaux. Les attaques ad hominem , y compris sur le plan professionnel, ne sont pas admissibles. Comme le président de centre est un récidiviste du non respect de la réglementation, je ne voudrais pas laisser croire qu'il s'agit d'un règlement de compte entre lui et l'intéressée. Il ne s'agit pas d'une affaire personnelle, mais de respecter les droits syndicaux, y compris à Dijon, où ils ne le sont pas.

M. le Directeur général délégué de l'INRA Je l'entends comme vous. Je n'ai pas dit que le problème se réduisait à une affaire interpersonnelle, auquel cas la direction générale aurait peu de choses à dire. Il y a un règlement à l'INRA : celui-ci doit être respecté par tous. Les sections syndicales peuvent s'exprimer sur le système d'information dans des conditions que nous avons validées dans cette instance. C'est l'objet de la vérification que va faire la direction générale. J'ai ensuite évoqué, en complément, une dimension personnelle, pour renvoyer à l'intéressée un message de sympathie. Je sais aussi qu'elle a été attaquée ad hominem  : elle doit, du point de vue de l'institution, se sentir sereine. Rien de plus, rien de moins.

La CGT Un agent n'a pas respecté les règles d'utilisation de l'outil informatique, et, de surcroît, a diffamé une collègue.

M. le Directeur général délégué de l'INRA C'est bien un aspect des choses que l'on va examiner, et qui exigera, si nécessaire, un rappel à l'ordre. »

 

Le syndicat national aurait pu porter plainte pour diffamation, il ne l'a pas fait, les explications complémentaires données en CTP ce 19 février par le Directeur général délégué étant à ses yeux suffisantes pour clore sur ce point.

Cet envoi est autorisé par la note de service 2003-36.
Si vous ne souhaitez plus recevoir les messages des syndicats nationaux,
vous pouvez vous désabonner en vous connectant à l'application http://www.inra.fr/abonnements_syndicats en utilisant votre login/mot de passe LDAP.
Si vous ne connaissez pas votre login/mot de passe ldap,
adressez un message à ldapmaster@jouy.inra.fr